Kitchen Story

06 mars 2014

Curry de cabillaud au lait de coco

On reprend le cours normal des événements (et je risque d'avoir pas mal le temps dans les prochains temps, une certaine crapule ayant décidé que maman allongée sur le canap, c'était vraiment plus chouette que d'aller travailler...), avec une petite recette de poisson super facile, parfumée (mais pas dans tout l'appart, c'est ça l'avantage), que l'on peut varier en fonction des légumes de saison.

Pour peu que l'on ne puisse pas trop se mouvoir (comme moi actuellement), ça se fait aussi très bien avec des légumes surgelés ( dans ce cas-là, bio c'est très bien, il y a de plus en plus de choix pour à peine plus cher que le non bio). On reprendra le cours du 100% frais quand ça ira mieux, en attendant c'est toujours mieux que de manger de la pizza surgelée à tous les repas... pareil pour les herbes et épices type ail, coriandre, citronnelle et gingembre, il y a tout ça chez M Picard, c'est toujours 5min de gagnées, même si l'on est d'accord, rien ne remplace les herbes fraîches (en même temps, ayant pris le pli de tout décaper et faire cuire à fond because la toxo, ca ne fait pas une grande difference...)(je vous jure, faites des gosses...)

 

DSC_0729

 

Curry de cabillaud au lait de Coco et légumes 
pour 4 personnes
500g de dos de cabillaud
1 petite tête de brocoli
1 belle poignée de haricots verts ou de pois gourmands
2 carottes
1 poignée de petits pois surgelés
1 oignon blanc
1 gousse d'ail
1 tige de citronnelle
1cm de gingembre 
1cs de pâte de curry jaune
40cl de Lait de coco
30 cl de bouillon de légumes
Qqs brins de coriandre
1 filet de jus de citon vert
huile neutre
sel, poivre du moulin 

 

Préparer les légumes: séparer les fleurettes de brocolis, éplucher les carottes et les détailler en rondelles, équeuter les haricots verts. Les faire cuire à l'eau bouillante salée pendant 5 à 7min, ils doivent rester croquants.

Emincer l'oignon, l'ail, le gingembre, enlever la partie dure de la citronnelle pour ne garder que la partie tendre, l'émincer également. Faire revenir le tout dans un wok avec un filet d'huile pendant 5min. Ajouter la pâte de curry et poursuivre la cuisson pendant 2 min (attention avec la pâte de curry, selon les marques elle est plus ou moins forte, mieux vaut y aller doucement quite à en rajouter que de ne pas réussir à manger le plat parce que l'on a eu la main un peu lourde...)

Ajouter le bouillon, faire cuire à feu doux pendant 10min, puis ajouter le lait de coco. Bien mélanger.

Pendant ce temps, éponger le poisson, et le couper en morceaux d'environ 2-3 cm de côté. Les ajouter dans le wok pour environ 15 à 20min de cuisson (le poisson doit encore être un peu ferme). Ajouter les légumes, y compris les petits pois, 10min avant la fin de la cuisson.

juste avant de servir, ajouter le jus de citron et la coriandre hachée. Saler et poivrer si nécessaire. Servir avec du riz basmati.

Pour cette recette, il est important de choisir un poisson qui se tienne à la cuisson, donc plutôt une chair ferme, sous peine de se retrouver avec une espèce de bouille pas forcément très appétissante. Le dos de cabillaud est très bien pour ça. Je testerais bien aussi à l'occasion avec de la lotte, mais là on n'est plus vraiment dans le même budget...On peut aussi le remplacer par des crevettes ( crues de préférence) mais en raccourcissant le temps de cuisson du poisson à 10min. Pour les légumes, c'est aussi sympa en saison avec des courgettes, des pois gourmands, des épinards ou des aubergines...

Posté par kitchenstory à 08:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


13 janvier 2014

Kougelhopf, Alsace Story épisode 7

Avant toute chose, Bonne année à tous. Meilleurs voeux de santé, de bonheur, toussa, toussa... De mon côté, je vais essayer de faire mieux que l'an dernier, avec 7 messages postés (no comment, tu t'es vraiment foulé ma fille sur ce coup là...) Et dieu sait que pourtant, j'ai cuisiné, mais bon, manque de temps, flemme... On verra bien ce que 2014 nous réservera...

On commence cette nouvelle année par un classique de la boulangerie Alsacienne, j'ai nommé le kougelhopf, cette brioche aux raisins secs à la forme de couronne si caractéristique (si vous avez déjà été au marché de Noêl de Strasbourg, ça doit vous parler, c'est un des souvenirs incontournables à ramener avec soi, au même titre que les bredele, le vin ou le foie gras...). Je ne le recommanderais pas forcément aux amateurs de brioche bien beurrée à la mie aérienne... Non, le kougelhopf, c'est une mie dense, qui se conserve facilement 5/6 jours, mais en même temps moelleuse, bref assez difficile à décrire mais reconnaissable entre mille... Pour moi, si un kougelhopf peut très bien se passer de raisins secs (mais bon, c'est plus compliqué pour S., donc, étant une femme de compromis...), la présence d'amande est indispensable (du coup, je double systématiquement la mise sur ce coup là...), c'est d'ailleurs ce que je préfère, garder la partie avec l'amande pour la fin...

Le kougelhopf nécessite un moule spécifique, idéalement en terre cuite, qu'on trouve très facilement en Alsace (évitez tout de même les magasins touristiques aux abords de la cathédrale de Strasbourg, où ils sont vendus au prix de la truffe). Pour des modèles sympa, pensez à Soufflenheim, le mien vient de là-bas et me sert même d'objet de déco, sinon il existe des modèles plus basiques pour moins cher, et on peut également en trouver au détour d'un marché aux puces avec un peu de chance. Concernant les modèles en silicone ou en fer, je n'ai jamais testé, donc je ne peux pas vous dire ce que ça vaut.

Pour la recette, une fois n'est pas coutume, j'ai utilisée celle de Suzanne Roth, extraite de son livre "le livre de cuisine des Alsaciennes", et comme d'habitude, c'est parfait... Pour le pétrissage, c'est mon kitchenaid qui a fait tout le travail (sans doute mon meilleur investissement de ces dernières années), mais ça se fait aussi à la main (avec beaucoup d'huile de coude, la pâte est un peu collante...).

 

DSC_0842

Pour un moule à Kougelhopf de 23cm de diamètre

500g de farine
25g de levure fraîche
25cl de lait
90g de sucre
2 oeufs
5g de sel
200g de beurre
75g de raisins secs (facultatif)
Amandes entières

Préparer le levain: dans 12,5cl de lait tiédi, délayer la levure, 1 pincée de sucre et 2 cs de farine. Couvrir et laisser lever au chaud environ 15min (je mets mon four sur position maintien au chaud à 35°, ça marche très bien).

Dans le bol du robot, bien mélanger avec la feuille la farine, le sucre, les oeufs, le reste de lait tiède et le sel. Ajouter ensuite le beurre ramolli et le levain, qui devra avoir doublé de volume. Mettre le crochet en place et pétrir pendant une dizaine de min. Rajouter les rasins secs si vous le souhaiter, puis pétrir encore quelques instants afin que les raisins soient répartis uniformément.

Beurrer votre moule (généreusement) et placer une (deux!) amandes par rainures. Mettre la pâte dans le moule et la faire lever dans un endroit chaud jusqu'à ce que la pâte est atteint le bord du moule.

Faire cuire à four préchauffé 50min environ à 180°.

Attendre que le kougelhopf soit froid pour le démouler. Le saupoudrer de sucre glace. 

Il se conserve très bien plusieurs jours dans du papier film. Vous pouvez aussi en congeler une partie et la sortir la veille au soir pour qu'il décongèle durant la nuit à température ambiante. Il sera comme frais le lendemain matin.

 

Posté par kitchenstory à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13 décembre 2013

Mannele, Alsace Story épisode 6

Je sais que j’ai un peu de retard et que normalement les mannele c’est un peu La recette de la St Nicolas, mais que voulez-vous quand on a la flemme... Et puis entre nous, les mannele, on peut très bien en trouver dès la mi-novembre (j’aggrave encore mon cas), et les manger tous le mois de décembre. Oui parfaitement…
Cela faisait depuis l’an dernier que cet emporte-pièce à mannele me narguait à chaque fois que j’ouvrais mon tiroir. Mon ancien four ayant tendance au bronzage intégral du dessous des brioches (et du dessus à peine cuit, sinon, ce ne serait pas drôle), j’avais un peu laissé tomber l’idée, de peur d’être déçue du résultat. Mais cette année, nouveau four+ kitchounet, plus d’excuse pour ne pas se lancer.
Clairement, ce n’est pas la recette de Brioche que je recommanderais au amateurs de sucré, la pâte étant en effet très peu sucrée. Il est après toujours possible de glacer les mannele à la sortie du four, mais moi je les aime bien comme ça, nature.  Pour les yeux et les boutons, pour les maniaques de la symétrie, il est possible d’utiliser des pépites de chocolat toutes prêtes. Personnellement, je fais mes pépites moi-même à partir d’une tablette de chocolat, et ça fait très bien l’affaire.
Si vous n’avez pas d’emporte-pièce Mannele (en Alsace, on en trouve dans tous les supermarchés dès le mois de novembre), vous pouvez très bien façonner vos Mannele à la main, ils seront moins réguliers, mais très bon quand même.
Pour la recette, je suis partie sur celle trouvée chez Loukoum, et comme d’habitude, c’était impeccable. La recette était indiquée pour 5 Mannele, mais moi j’ai pu en faire 7, ainsi que 2 petites brioches avec les chutes.

DSC_0732

                                    Pour 7 mannele
                                    600g de farine
                                 50g de sucre semoule
                               ½ cuillère à café de sel
                                    80g de beurre 
                                       2 oeufs
                                    200g de lait
                           25g de levure boulangère fraîche
                                     Pour dorer
                                     1 œuf battu
                                     1cs de lait
                                 pépites de chocolat
Mélanger la farine, le sel et le sucre dans le bol du robot. Ajouter le beurre coupé en petits morceaux et les 2 œufs préalablement battus. Bien mélanger.
Faire tiédir le lait, retirer du feu  et ajouter la levure émiettée. Dissoudre cette dernière à l’aide d’un fouet.  Ajouter progressivement ce mélange dans le bol du robot, afin d’obtenir une pâte homogène.
Pétrir (enfin Kitchounet) la pâte pendant ¼ d’heure.
Si vous n’avez pas de robot, mélanger les ingrédients dans l’ordre indiqué à l’aide d’une cuillère en bois, puis pétrir manuellement sur un plan de travail fariné ( et profitez du fait que c’est bientôt Noël pour rajouter un gentil robot sur votre liste…)
Placer la pâte dans un saladier recouvert d’un torchon humide et faire lever 2h dans un endroit tiède à l’abri des courants d’air. Personnellement, j’ai mis mon four sur la position « maintien au chaud » à 35°, et placer le saladier dedans. C’était parfait (et non, le torchon ne brûle pas, sauf si vous le collez contre la résistance, comme quoi on apprend tout de même des choses en regardant le meilleur patissier…).
Après cette 1ère levée, dégazer la pâte et l’étaler sur un plan de travail fariné, sur une hauteur de 2cm environ, pour obtenir des Manneles bien gonflés. Récuperer les Mannele et les placer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé en prenant garde de bien les espacer. Renouveler l’opération jusqu’à épuisement de la pâte. Avec les chutes, faire des petites  brioches, natures ou aux pépites de chocolat.
Faire lever une 2ème fois une heure, toujours dans un endroit tiède à l’abri des courant d’air. A la fin de la levée, dorer les mannele avec le mélange œuf battu/lait, et faire les yeux et les boutons avec les pépites de chocolat.
Enfourner  pour 15 min dans un four préchauffé à 180°. Laisser refroidir et déguster avec un chocolat chaud, un thé de Noël…
 
 
 

Posté par kitchenstory à 07:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 novembre 2013

Gratin de crozets au bleu d'auvergne, épinards et champignons

Hum Hum... Y a quelqu'un?

 

Oui, je sais, je n'ai pas vraiment été très assidue ces derniers temps... Mais ce n'est  pas ma faute (c'est ça, mais oui, décharge toi..) Non, vraiment, des journées bien chargées au travail pour cause de nouveau produit et l'envie de jeter mon ordinateur par la fenêtre en rentrant le soir, c'est tout de même pas ma faute, non (non, je n'exagère absolument pas)... Une nouvelle passion pour un certain Ken (pas celui de Barbie, je vous rassure) et ses Piliers de la Terre, un Monde sans fin, la Chute des géants, l'Hiver du monde (ceux qui visualisent les pavés me comprendront), et surtout des entrainements pour terminer mon 1er 10km de course à pieds (et plusieurs autres par la suite, comme quoi, un pari stupide peu mener à bien des révélations...), tout ça à fait que oui, j'avais un peu moins envie de passer par ici... Sans pour autant pouvoir y renoncer complétement...

 

Donc de retour avec une recette de saison (chez vous aussi, il fait super beau? de la neige fin de semaine? glurpps), un petit gratin de crozets dont j'avais déjà proposé une version ici. C'est toujours bon, rapide à faire, bref, pratique, à peu près équilibré (bon y a quand même de la crème et du fromage) quand on rentre du travail après une journée de chauffage en rade alors qu'il fait 5° dehors (comment ça, ça sent le vécu?). Pour cette version, j'ai fait moitié crozets au sarrazin qu'on trouve dans la plupart des supermarchés et moitié crozets aux cèpes ramenés de notre dernier séjour au ski.

 

DSC_0726

Gratin de Crozet, bleu d'auvergne, épinards et champignons

pour 4 personnes
250g d'un mélange de Crozet au sarrazin et aux cèpes
2 tranches jambon blanc fumé
20cl de crème semi épaisse (allégée ici)
100g de  bleu d'auvergne
200g d'épinards surgelés
500g de champignons de Paris
1gousse d'ail
sel, poivre du moulin
Huile d'olive

Faire cuire les crozets selon les indications du paquet, les égoutter et les rincer à l'eau froide.

Faire décongeler les épinards au micro-onde ou à la casserole. Réserver.

Pendant ce temps, détailler les champignons en tranches fines. Les faire revenir avec l'ail émincé pendant 10min environ, jusqu'à ce qu'ils soient dorés. Ajouter les épinards et faire revenir encore quelques instants le temps qu'ils aient rendus toute leur eau. 

Détailler le jambon en petit dés et ajouter-le aux légumes.

Ajouter la crème fraiche et le fromage détaillé en dés dans la poêle avec les légumes, et faire fondre le fromage à feu doux. Goûter et assaisonner (attention, le fromage est déjà salé, donc doucement sur le sel...)

Mélanger les crozets avec la sauce aux légumes.

Dans un plat à gratin huilé, disposer crozets, saupoudrer si vous le souhaitez de parmesan rapé. Enfourner pour 20min à 220°.

Posté par kitchenstory à 08:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 février 2013

Gratin de pâtes, crème au gorgonzola et poireaux

Alors comment dire... Je reste encore muette de stupéfaction devant ma télé. Non mais franchement, où vont-ils chercher tout ça? Un concours de plongeon mené tambour battant par des pseudos célébrités. Ne me demandez pas comment était l'émission, je n'ai allumé ma télé en tout et pour tout que 5 min, le temps de voir comment ils avaient relooké la piscine de Schiltigheim (oui, parce que j'aime aller nager, et que je vais souvent là-bas, oui, ma vie est interessante). Sur ce point il faudra quand même accorder un certain talent aux équipes techniques, parce que donner l'impression qu'il s'agit d'une piscine high tech, quand on sait à quoi elle ressemble en temps normal (éclairage néon, vestiaires quelques peu vétustes, avec de malheureux dauphins en plastiques qui sautillent au plafond) ça relève un peu du miracle. On comprend mieux pourquoi la piscine est désormais fermée quasiment 2 jours par semaine le temps des 4 semaines de tournage (et puis tant pis pour les habitués, ils n'ont qu'à aller nager dans l'Ill, ou dans une des nombreuses autres piscines fermées pour rénovation de Strasbourg, non, vraiment, je comprends que ce genre d'événement soit absolument prioritaire: pensez donc, Eve Angeli en mini bikini montrant un téton (parait-il), ça vaut bien un petit sacrifice des usagers habituels).
 
Bref, encore un bel exemple de télé poubelle comme Tf1 sait si bien nous produire. Non, parce que si vraiment, je veux voir des plongeons, je mets Eurosport, avec de vrais athlètes, vêtus de manière appropriée (sérieusement? un maillot à paillettes? pour homme?), qui nous présentent du beau spectacle. Là, sans l'avoir vu, je suis sûre que l'on a eu droit à des séquences émotions comme ils savent si bien en faire du type "je veux me prouver à moi même que je peux repousser mes limites, et je le fait aussi pour rendre hommage à mon teckel qui nous a quitté il y a 6 mois" avec la larme à l'oeil... D'ailleurs, moi aussi je vais aller pleurer...
 
Sinon, un petit message à NRJ12 et M Morandini qui aurait envoyé un journaliste devant la piscine pour commenter l'événement. Déjà, un petit cours de diction s'impose, il me semble qu'en tant que journaliste, on doit pouvoir prononcer correctement le nom du lieu où l'on se trouve. Et si on ne sait pas on demande. Ah ben non, il ne pouvait pas, ça sonnait vraissemenblablement trop "teuton" pour lui. Ou alors l'ambiance était trop "Union soviétique". Non, je sais, tous les habitant étaient "sous anti dépresseurs pour pouvoir supporter de vivre là". Même si,en toute objectivité, la piscine ne se trouve pas dans le quartier le plus sympa de Schiltigheim, un minimum de respect pour ses habitants aurait été appréciable. Pitoyable.
 
Enfin bref, pour se remettre (de ça, et de toute la neige qui tombe, du temps gris et froid), un bon gratin associant gorgonzola et poireau, de la confort food à déguster en regardant la neige tomber.

DSC_0794

 
Gratin de pâtes, crème au gorgonzola et poireaux
pour 2 personnes
Pâtes (Pennes, Torsades, Farfalles) selon les appétits (pour nous 160g)
2 poireaux
1 tranche un peu épaisse de jambon à l'os
15cl de crème semi épaisse (allégée ici)
80g de gorgonzola
1 gousse d'ail
sel, poivre du moulin
Huile d'olive
Faire cuire les pâtes selon les indications du paquet.
Pendant ce temps, détailler les poireaux en fines lamelles. Les faire revenir avec l'ail émincé et 2cs d'eau pendant 10min environ, jusqu'à ce qu'elles soient tendres. Assaisonner et réserver.
Détailler le jambon en petit dés
A la fin de la cuisson des pâtes, les égoutter, ajouter la crème, le gorgonzola écrasé à la fourchette et le jambon. Bien mélanger.
Dans un plat à gratin huilé, disposer la moitié des pâtes, ajouter les poireaux et recouvrir avec le reste des pâtes. Enfourner pour 15min à 220°.

Posté par kitchenstory à 07:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,



11 février 2013

Compote de pomme orange cannelle, detox toi même

Nous avons à peine eu le temps de nous souhaiter la bonne année et de finir la montagne de ferrero rocher que l'on a reçu durant les fêtes que déjà les magazines féminins nous remettent dans le droit chemin. Oui parce que vous ne pensiez tout de même pas que vous alliez pouvoir continuer à profiter du froid ambiant pour continuer à vous envoyer tartiflettes et autres gratins-bien-lourds qui tiennent au corps...

Non mais sérieusement? Il est plus que temps que penser au maillot de bain qui approche à grands pas (oui c'est sûr, dans minimum 7 mois on pourra éventuellement y penser...). Si on peut se dire qu'alléger un peu son assiette après les fêtes peut tout de même être une bonne idée (surtout si vous devez vous allonger pour fermer votre pantalon), ce qui me fera toujours doucement ricaner, c'est la liste d'ingrédients bizarres/introuvables/qui ne font pas rêver qu'ils nous ressortent à ce moment là. 

Parce que pour une bonne détox cette année, il vous faut: du jus d'herbe (n'allez néanmoins pas utiliser votre pelouse pour cela), du chou kale (oui un chou introuvable pratiquement partout, enfin vraissemblablement on l'utilise beaucoup pour décorer les espaces verts, enfin...), et des tisanes qui coûtent une blinde le sachet parce qu'il y a écrit detox sur l'emballage, bref que des choses qui nous font trop rêver et qui auront au moins le mérite de détoxifier (oui, parfaitement, j'invente des mots moi maintenant) notre portefeuille. Pour l'an prochain je nous prédis une détox à base de radis ouzbeque, de jus de baies lapones et de marc de café balinais...

J'aurais très bien pu vous proposer une compote aromatisée au foin, très détox light, mais j'ai préféré opter pour de l'orange et de la cannelle, sans oublier bien entendu la petite dose de sucre qui va bien!

 

DSC_0784

 

Compote Pomme, orange, Cannelle
Pour 4 personnes
1kg de pommes pour compote (ici du jardin)
4cs de cassonade (plus ou moins selon la teneur en sucre de vos pommes
4cs d'eau
le jus d'une demie orange bio
1 zeste d'orange bio taillé à l'économe
1 bâton de cannelle

 

Eplucher les pommes, retirer le coeur, détailler les en quartiers, puis couper chaque quartier en 3 afin d'obtenir des morceaux de taille homogène.

Tailler un zeste dans l'orange à l'économe, récupérer le jus d'une demie orange.

Mettre les pommes avec le sucre, l'eau,le zeste et le jus d'orange, le bâton de cannelle dans une casserole à fond épais. Laisser compoter doucement, à feux doux, pendant environ 45min, en remuant régulièrement. Retirer le zeste à la fin de la cuisson.

Il n'est pas utile de mixer cette compote, je ne le fait jamais, j'aime bien la sensation de petit morceaux en bouche. On peut également faire 50/50 pommes/poires...

 

Posté par kitchenstory à 07:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 janvier 2013

Velouté carotte, fenouil et orange, the tweet in the cat

L'autre jour, je souhaitais faire un petit tour sur le blog "pêché de gourmandise", le blog de choupette, que j'aime beaucoup (oui, je sais, ma vie est passionnante, mais je vous allez comprendre le pourquoi du comment). Vu que je suis un peu flemmarde sur les bords,  j'ai tapé choupette dans mon moteur de recherche. Et là, point de blog, mais une multitude d'entrées m'envoyant vers le compte twitter d'un... Chat. Oui. Mais pas n'importe quel chat. Le chat d'un célèbre couturier. Bref.

Je n'ai jamais très bien compris l'interêt de twitter (hormis pour encourager l'adversaire de l'ex de votre compagnon, mais je crois que ça n'a pas été une franche réussite), mais je n'ai pas de compte Facebook non plus, alors je dois faire un peu figure de dinosaure de ce côté là. Non, parce qu'informer le net que j'ai mangé une pomme à midi, ou que là j'attends le bus sous la pluie, ma foi, je pense que l'humanité se remettra de ne pas avoir ce type d'infos...

Revenons donc à nos moutons, enfin chat... Ca m'a un peu scié de constater que plus de 25000 personnes suivent les périgrinations d'un chat... De même que d'apprendre qu'il existe des nounous pour chats... J'envisage sérieusement d'inscrire mon poisson rouge sur twitter, afin qu'il puisse lui aussi s'exprimer sur des questions existentielles telles que " combien de gramme de nourriture déshydratée faut-il consommer pour garder la ligne?", "gravier rose ou bleu pour le fond de l'aquarium, lequel est le plus tendance?".

Après toutes ces bêtises informations de la plus haute importance, quoi de mieux qu'une petite soupe ultra vitaminée, qui amène un peu de soleil en cette période de sinistrose aigue (comment ça le mauvais temps me tape sur le système?)... Cette recette figurait dans le dossier détox du dernier Elle (ben oui, le maillot, c'est pour bientôt, faut commencer à y penser!), je l'ai un peu adaptée et si vous aimez le fenouil, n'hésitez pas, foncez! Je l'ai déjà fait 3 fois en 3 semaines, et j'ai déjà les ingrédients nécessaires pour la prochaine tournée!

 

DSC_0803

 

Soupe Carotte, fenouil et orange
Pour 4 petits bols
6 (grosses) carottes fanes
1 Bulbe de fenouil
le jus d'une demie orange
1cm de gigembre
1 gousse d'ail
2 cube de bouillon de légumes (marmite de bouillon)
10cl de crème liquide
Qqs brins de coriandre
1 filet d'huile d'olive
sel et poivre du moulin

 

Eplucher les carottes, les couper en tronçons. Emincer grossierement le fenouil.
Couper la gousse d'ail en 2, émincer le gingembre.

Faire chauffer l'huile d'olive dans une casserole, ajouter la carotte, le fenouil, le gingembre et l'ail et les faire revenir 5min.

Couvrir d'eau à hauteur, ajouter les cubes de bouillon. 

Faire cuire environ 20min jusqu'à ce que les carottes soient tendres (vérifier la cuisson avec la pointe d'un couteau).

Mixer le tout à l'aide d'un mixer plongeur. Ajouter le jus d'orange,la crème, poivrer, saler si besoin, remixer rapidement.

Servir très chaud, avec de la coriandre ciselée.

Posté par kitchenstory à 07:06 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 janvier 2013

Minis financiers à la noix de coco, le filet à course, c'est chic!

Aujourd'hui, on va parler un peu de mode, ça faisait longtemps et puis ça nous changera des passeports russes, belges et que sais-je encore (non mais sérieusement? Il n'y a rien de plus important en ce moment?). Oui, parce que ce n'est pas tout ça, mais le printemps approchant à grands pas (comment ça, vous ne sentez pas ce délicat air printannier, sous les charmantes nappes de brouillard qui nous réjouissent tous les jours en ce moment?), vous vous devez de partir en quête du it bag du moment.
Et là, j'ai une bonne nouvelle pour vous, parce qu'il semblerait que crise oblige, l'indispensable de la saison qu'il faudra toutes avoir c'est le filet de courses. Je mets une image pour que vous visualisiez bien la chose.

images-3

(silence de mort). Oui. Je sais. Il parait que c'est un hommage évident aux années 80, mais j'étais heureusement malheureusement trop jeune pour m'en souvenir... Ca à l'air super pratique en plus pour ranger toutes ses petites affaires (ah mince, mes clefs sont passées à travers les mailles du filets, c'est ballot), et au moins vous n'aurez de secrets pour personne (t'as trop bu hier soir? Non pourquoi? Dolipranne+pastilles pour l'estomac...).
Bon, par contre, c'est comme pour les bottes en caoutchouc, ne croyez pas qu'il vous suffira de racketer le modèle vintage bleu électrique de mémé ou de vous rendre à la superette du coin pour être au top de la tendance. Non, parce que si vous voulez être in, un modèle griffé s'impose. Mais bon, que représente une petite centaine d'euros par rapport aux nombreux regards dubitatifs moqueurs admiratifs que vous allez récolter...
 
Il me restait de la noix de coco de mon épisode bredele, j'ai donc décidé de faire des minis financiers en accompagnement de mon dessert de Noël (mousse au chocolat blanc+salade de fruits exotiques), décorés d'une poudre irisée (alimentaire, hein, c'est pour ça qu'ils brillent sur la photo, c'est pas mon appareil qui débloque...).

DSC_0827

 
Minis financiers à la noix de coco
Pour 40 minis financiers (taille d'un carré de chocolat)
50 g de beurre demi sel
30 g de farine
70g de sucre glace
50 g de noix de coco râpée
2 blancs d'œufs
Poudre alimentaire irisée pour la déco (facultatif)
 
Mélanger le sucre, la farine et la noix de coco.

Faire fondre le beurre, jusqu'à ce qu'il prenne une couleur "noisette" (surveillez bien, ça brûle très vite ces petites choses là... on sent le vécu, là). Laisser refroidir et le rajouter au mélange précédent et bien mélanger.
Incorporer ensuite les blancs d'oeufs délicatement à la préparation.
 
Répartir la pâte dans des petits moules à financier (inutile de les beurrer si comme moi, ils sont en silicone).
 
Les faire cuire entre 5 à 7 min à 180° (four préchauffé).  Tester la cuisson avec la pointe d'un couteau. Elle doit ressortir sèche.
Laisser refroidir et décorer avec la poudre irisée à l'aide d'un pinceau.
 
Ils se conservent bien dans une boîte hermétique 3/4 jours.

Posté par kitchenstory à 07:10 - Commentaires [1] - Permalien [#]

09 janvier 2013

Velouté potimarron, lentilles corails et ravioles croustillantes, pour bien commencer l'année

Tout d'abord, Bonne Année 2013, qu'elle soit pleine de joie, réussite et bonheur pour chacun d'entre vous.
Pas de bonnes résolutions puisque de toute façon on ne les tient jamais, et au moins, je n'aurai pas mauvaise conscience d'ici 3 semaines parce que je ne m'y serai pas tenue (oui, vous noterez qu'elle était plutôt facile celle là, dans le genre je me décharge complètement... bref...).
 
J'envisage très sérieusement de rajouter une nouvelle catégorie sur ce blog, parce que si j'aime beaucoup passer derrière les fourneaux, j'apprécie aussi tout particulièrement de mettre les pieds sous la table. Ce sera donc l'occassion de partager avec vous les bonnes (ou pas) adresses alsaciennes.
 
En attendant, on va commencer l'année de manière un peu plus light que nous ne l'avions finie, mais pas trop quand même, parce que, soyons sérieux, qui peut survivre en hiver en se nourissant exclusivement de bouillon de chou (j'y reviendrai une autre fois...)? Moi pas en tout cas... Donc voici le velouté que j'ai servi à Noël cette année (pour ceux qui suivent, je fais le même coup à mes invités tous les ans), agrémenté de petites ravioles croustillantes. Ici, j'ai compté 2 plaques de ravioles pour 6 pour une entrée, mais comptez entre 1/2 et 1 plaque par personne pour un repas complet.
 
Ma première expérience avec les ravioles n'a pas été une franche réussite dirons nous... J'ai bêtement suivi les indications du paquet conseillant la cuisson à l'eau... Je ne reviendrai pas sur le carnage qui a eu lieu au moment de séparer les plaques de ravioles, j'en ai mal rien que d'y penser... J'ai d'ailleurs été fâchée un moment avec elles suite à cet épisode. Mais, comme je suis têtue, j'ai creusé un peu la question (et arpenté le net...) pour finalement tomber sur un mode de cuisson alternatif: les ravioles pôelées. Pour se faire, on place ses ravioles au congélateur plusieurs heures avant (en fait, moi je congèle directement mon paquet après l'achat, et puis ça dépanne en cas de vide abyssal du frigo). Au moment de servir, on sort ses ravioles, on les détache délicatement les unes des autres et on les fait revenir dans une poêle avec un filet d'huile d'olive. Trop bon, inratable, ça vous réveille une soupe un peu tristoune en un clin d'oeil. Depuis j'en mets à peu près partout...
 
Pour ce velouté, j'ai choisi de marier le potimarron, les lentilles corails et le lait de coco. Agrémenté de citronnelle, coriandre et gingembre, de quoi vous donner le moral pour les mornes journées d'hiver (comment ça le manque de soleil commence à me taper sur le système?)...

DSC_0791

 
Velouté potimarron, lentilles corails et lait de coco
Pour 6 petits ou 4 grands bols
1 potimarron
100g de lentilles corail
1 carotte
1 oignon rouge
1 gousse d'ail
1cc de gingembre hâché
1cc de purée de citronnelle (rayon asiatique)
10cl de lait de coco
2 bouillons cubes au choix (pour moi marmite de bouillon au boeuf, mais marche aussi avec du bouillon de légumes ou de volaille)
huile d'olive
sel et poivre du moulin
 
Pour servir
qqs feuilles de coriandre
2 plaques de ravioles
 
Eplucher le potimarron et la carotte, les couper en dés.
Emincer l'oignon et l'ail.
 
Faire chauffer un filet d'huile d'olive dans une casserole, ajouter l'ail, l'oignon, le gingembre et la citronnelle. Faire revenir 2 min puis ajouter la carotte, le potimarron et les lentilles. Poursuivre la cuisson 5 min puis mouiller d'eau à hauteur.
Ajouter les cubes de bouillon et faire cuire entre 15 à 20min à feu moyen, le temps que les légumes soient tendres.
 
Mixer au mixeur plongeur, ajouter un peu d'eau si la soupe vous paraît trop épaisse. Assaisonner si besoin, et incorporer le lait de coco. Mixer une dernière fois pour obtenir un résultat bien lisse. Maintenir au chaud.
 
Faire revenir les ravioles dans un filet d'huile d'olive en procédant comme indiqué ci dessus.
 
Servir la soupe dans des bols, répartir les ravioles, décorer de coriandre. A déguster bien chaud!
 

Posté par kitchenstory à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 décembre 2012

Biscuit à l'orange, Bredele Story épisode 9

Dernière recette pour cette année de Bredele, il faut dire que maintenant, il y a de quoi faire...

J'aime beaucoup les agrumes, et je ne pouvais donc pas passer à côté de cette recette de bredele à l'orange, un peu sur le même principe que les Etoiles au citron. Une base peu sucrée, un glaçage à l'orange... Encore une recette issue de Les petits gâteaux d'Alsace : S'bredlebuech de Suzanne Roth, à faire les yeux fermés.

 

DSC_0810

Bredele à l'orange
Pour environ 50 pièces
120g de beurre mou
80g de sucre
2 jaunes d'oeufs
le zeste d'une orange et 1CS de jus
250 de farine
1pointe de couteau de levure chimique
1 pincée de sel

Glaçage
100g de sucre glace
2cs de jus d'orange

 

Mélanger le beurre avec le sucre jusqu'à obtenir un mélange mousseux (marche très bien avec le batteur plat de mon K...). Ajouter les oeufs, le zeste et le jus d'orange et le sel. 

Mélanger la levure et la farine, les ajouter au mélange précédent. Bien pétrir et laisser reposer une heure à température ambiante.

Abaisser la pâte sur 5mm d'épaisseur et découper des formes à l'emporte pièce. Les disposer sur une plaque de four recouverte de papier sulfurisée. Renouveler l'opération jusqu'à épuisement des ingrédients. (Pour faciliter l'opération et éviter d'avoir recours à des kg de farine, j'étale ma pâte sur un tapis de la marque des petites boîtes en plastique, ou sur une nappe cirée, avec un rouleau en silicone).
Faire cuire environ 10 à 12min dans un four préchauffé à 200°. Bien surveiller la cuisson, tout dépend de votre four. 
Pendant ce temps, préparer le glaçage en mélangeant le sucre et le jus d'orange. Si besoin rajouter un peu de jus d'orange. Glacer les bredeles à la sortie du four. Laisser sécher.
D'autres recettes de bredele
Zimsterne (étoiles à la cannelle)
Butterbredele (biscuits au beurre)
Leckerlis (petits pain d'épice)
Wiss und Schwartzi (damiers)
Vanille Kipferl (croissants sablés noisette et vanille)
Schwowebredele (biscuits aux épices)

Posté par kitchenstory à 07:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :



Fin »