Tout d'abord, Bonne Année 2013, qu'elle soit pleine de joie, réussite et bonheur pour chacun d'entre vous.
Pas de bonnes résolutions puisque de toute façon on ne les tient jamais, et au moins, je n'aurai pas mauvaise conscience d'ici 3 semaines parce que je ne m'y serai pas tenue (oui, vous noterez qu'elle était plutôt facile celle là, dans le genre je me décharge complètement... bref...).
 
J'envisage très sérieusement de rajouter une nouvelle catégorie sur ce blog, parce que si j'aime beaucoup passer derrière les fourneaux, j'apprécie aussi tout particulièrement de mettre les pieds sous la table. Ce sera donc l'occassion de partager avec vous les bonnes (ou pas) adresses alsaciennes.
 
En attendant, on va commencer l'année de manière un peu plus light que nous ne l'avions finie, mais pas trop quand même, parce que, soyons sérieux, qui peut survivre en hiver en se nourissant exclusivement de bouillon de chou (j'y reviendrai une autre fois...)? Moi pas en tout cas... Donc voici le velouté que j'ai servi à Noël cette année (pour ceux qui suivent, je fais le même coup à mes invités tous les ans), agrémenté de petites ravioles croustillantes. Ici, j'ai compté 2 plaques de ravioles pour 6 pour une entrée, mais comptez entre 1/2 et 1 plaque par personne pour un repas complet.
 
Ma première expérience avec les ravioles n'a pas été une franche réussite dirons nous... J'ai bêtement suivi les indications du paquet conseillant la cuisson à l'eau... Je ne reviendrai pas sur le carnage qui a eu lieu au moment de séparer les plaques de ravioles, j'en ai mal rien que d'y penser... J'ai d'ailleurs été fâchée un moment avec elles suite à cet épisode. Mais, comme je suis têtue, j'ai creusé un peu la question (et arpenté le net...) pour finalement tomber sur un mode de cuisson alternatif: les ravioles pôelées. Pour se faire, on place ses ravioles au congélateur plusieurs heures avant (en fait, moi je congèle directement mon paquet après l'achat, et puis ça dépanne en cas de vide abyssal du frigo). Au moment de servir, on sort ses ravioles, on les détache délicatement les unes des autres et on les fait revenir dans une poêle avec un filet d'huile d'olive. Trop bon, inratable, ça vous réveille une soupe un peu tristoune en un clin d'oeil. Depuis j'en mets à peu près partout...
 
Pour ce velouté, j'ai choisi de marier le potimarron, les lentilles corails et le lait de coco. Agrémenté de citronnelle, coriandre et gingembre, de quoi vous donner le moral pour les mornes journées d'hiver (comment ça le manque de soleil commence à me taper sur le système?)...

DSC_0791

 
Velouté potimarron, lentilles corails et lait de coco
Pour 6 petits ou 4 grands bols
1 potimarron
100g de lentilles corail
1 carotte
1 oignon rouge
1 gousse d'ail
1cc de gingembre hâché
1cc de purée de citronnelle (rayon asiatique)
10cl de lait de coco
2 bouillons cubes au choix (pour moi marmite de bouillon au boeuf, mais marche aussi avec du bouillon de légumes ou de volaille)
huile d'olive
sel et poivre du moulin
 
Pour servir
qqs feuilles de coriandre
2 plaques de ravioles
 
Eplucher le potimarron et la carotte, les couper en dés.
Emincer l'oignon et l'ail.
 
Faire chauffer un filet d'huile d'olive dans une casserole, ajouter l'ail, l'oignon, le gingembre et la citronnelle. Faire revenir 2 min puis ajouter la carotte, le potimarron et les lentilles. Poursuivre la cuisson 5 min puis mouiller d'eau à hauteur.
Ajouter les cubes de bouillon et faire cuire entre 15 à 20min à feu moyen, le temps que les légumes soient tendres.
 
Mixer au mixeur plongeur, ajouter un peu d'eau si la soupe vous paraît trop épaisse. Assaisonner si besoin, et incorporer le lait de coco. Mixer une dernière fois pour obtenir un résultat bien lisse. Maintenir au chaud.
 
Faire revenir les ravioles dans un filet d'huile d'olive en procédant comme indiqué ci dessus.
 
Servir la soupe dans des bols, répartir les ravioles, décorer de coriandre. A déguster bien chaud!